Vous cherchez un Auteur ?

lundi 31 août 2015

A vous de trouver ma prochaine lecture !

Aujourd'hui, je vais vous demander ce que je vais lire pour le mois de septembre ???

Le mois dernier , c'était "Extrêmement fort et incroyablement près" qui avait remporté tous les suffrages, d'ailleurs ma chronique est ici ..

Donc voici les 5 romans présent dans ma PAL que je choisis de mettre en compétition ce mois-ci . Je vous ferais une chronique sur le roman qui aura été le plus plébiscité . Je vous laisse jusqu'à dimanche pour faire votre vote.

Voila ma petite sélection  :


L’un voit sa mère transformée en serial-killer, et se défend. Une autre s’endort en serrant la main sectionnée de son amant. Lui pense être téléguidé par la Lune, donc il poignarde sa mère. Et celui-ci torture son médecin parce qu’il aurait volé son âme… Tels sont les patients au psychisme morcelé évoqués par le Dr Magali Bodon-Bruzel, psychiatre, qui, dans cet ouvrage unique, apporte un éclairage nouveau sur ces sujets malades, quelquefois dangereux, et toujours en grande souffrance.
Qui sont-ils ? Qu’est-ce qui motive leurs actes ? Quelles sont les possibilités de soins ? Comment gérer le risque de récidive ? Autant de questions auxquelles l’auteur répond à propos de ces personnes chez lesquelles, malgré la gravité et l’apparence quelquefois monstrueuse de leurs actes, elle n’a jamais renoncé à trouver la part d’humanité.

Carl Belmeyer est une figure emblématique du paysage audiovisuel français. Présentateur du JT depuis plus de trente ans, il dissimule derrière son sourire une personnalité narcissique. Arrogant et manipulateur, il méprise tout le monde, à commencer par son public qui l’adore. Quand Barbara, une bimbo de l’émission de téléréalité Villa Story, meurt en direct sous les yeux horrifiés des téléspectateurs, le scandale secoue durement la chaîne. Elle doit rapidement redorer son blason et compte bien utiliser l’image charismatique de Belmeyer. Il redevient alors reporter de terrain et part couvrir la guerre civile qui fait rage au Liberia. Le message doit être clair pour l’audience : la chaîne se recentre sur l’essentiel.Mais rien ne fonctionne comme prévu, et Belmeyer, habitué à rester maître de sa vie, devient tout à coup spectateur contraint
9 juillet 1961.
Dès le lever du jour, il fait déjà une chaleur à crever. Albert est ouvrier chez Michelin. Suzanne coud ses robes elle-même. Gilles, leur cadet, se passionne pour un roman de Balzac. Ce jour-là, la télévision fait son entrée dans la famille Chassaing. Tous attendent de voir Henri, le fils aîné, dans le reportage sur la guerre d'Algérie diffusé le soir même. Pour Albert, c'est le monde qui bascule.
Saura-t-il y trouver sa place? Réflexion sur la modernité et le passage à la société de consommation, En vieillissant les hommes pleurent jette un regard saisissant sur les années 1960, théâtre intime et silencieux d'un des plus grands bouleversements du siècle dernier. 

«Ces hommes qui sont tous nés dans le même hôpital,
qui ont grandi ensemble, fréquenté les mêmes filles, respiré
le même air. Ils ont développé une langue à eux, comme
des bêtes sauvages.»
Ils étaient quatre. Inséparables, du moins le pensaient-ils.
Arrivés à l'âge adulte, ils ont pris des chemins différents.
Certains sont partis loin, d'autres sont restés. Ils sont devenus
fermier, rock star, courtier et champion de rodéo.
Une chose les unit encore : l'attachement indéfectible à leur
ville natale, Little Wing, et à sa communauté. Aujourd'hui,
l'heure des retrouvailles a sonné. Pour ces jeunes trentenaires,
c'est aussi celle des bilans, de la nostalgie, du doute...
Nickolas Butler signe un premier roman singulier, subtil
et tendre, récit d'une magnifique amitié et véritable chant
d'amour au Midwest américain.

Éloge de la faiblesse retrace un itinéraire intérieur, une sorte de conversion à la philosophie. L’auteur, handicapé de naissance, imagine recevoir la visite de Socrate en personne. Dès lors, s’ensuit un échange où de proche en proche émergent des outils pour apprendre à progresser dans la joie, garder le cap au cœur des tourments et ne pas se laisser déterminer par le regard de l’autre. La philosophie est ici un art de vivre, un moyen d’abandonner les préjugés pour partir à la découverte de soi et bâtir sa singularité. Peu à peu, une conversion s’opère, le faible, la vulnérabilité, l’épreuve peuvent devenir des lieux fertiles de liberté et de joie.
A vos votes !



EDIT : Suite à vos votes ma lecture sera donc Le carnaval des hyènes avec 8 voix ! (Retour à Little Wing 3 , L'homme qui voulait cuire sa mère 1, En vieillissant les hommes pleurent 1 et Eloge de la faiblesse 0)

Merci encore d'avoir participé ! on se donne RDV le mois prochain pour une nouvelle sélection !

19 commentaires:

  1. Le carnaval des hyènes de Michäel Mention

    RépondreSupprimer
  2. Mention !!!
    Youpi j'ai dit comme Sam ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien moi je dirais: En vieillissant les hommes pleurent !

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi je change en choisissant L'homme qui voulait cuire sa mère que je vais essayer de lire pour le 03/10.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh ba tu es la première à choisir celui-ci :) bises ma célinette

      Supprimer
  5. A ben pas d'hésitation le mention.
    Quoi d'autre !

    RépondreSupprimer