Vous cherchez un Auteur ?

mercredi 7 septembre 2016

Tête à tête avec Laurence Fontaine


Aujourd'hui on a rencard avec Laurence Fontaine. J'ai eu plaisir à lire son dernier roman et à vous en parler (ici) et je souhaitais découvrir un peu la femme derrière cette plume. Elle a eu la gentillesse de répondre à ma demande (et très rapidement), un grand merci ! Surtout profitez de cet échange et n'hésitez pas à découvrir The Life game !


Quelle lectrice "jeunesse" étiez-vous ? 

J’étais une jeune lectrice sélective, pas boulimique (j’écrivais déjà, enfant ). Je lisais peu mais je pouvais dévorer un livre en quelques heures s’il me plaisait. Ma préférence, en matière de récits pour la jeunesse, est toujours allée à la science fiction et au fantastique. Je me souviens d’une série, « les conquérants de l’impossible » ( bibliothèque verte), qui mettait en scène des jeunes voyageant dans le temps, ça me fascinait. J’ai aussi une mémoire visuelle donc je lis énormément de BDs ( aujourd’hui encore) pour la construction des récits de mes romans, c’est instructif.


Pouvez-vous nous parler du livre qui vous a le plus marqué ?

« Différentes saisons » de Stephen King est un livre que j’ai lu à 23 ans et n’ai jamais oublié. Il se compose de 4 longues nouvelles, ou romans, et on y sent battre le cœur de l’Amérique. Mais ce sont aussi des histoires universelles et deux d’entre elles racontent le passage de l’adolescence à l’âge adulte de manière remarquable et deux d'entre elles ont été adaptées au cinéma. Notamment « stand by me » de Rob Reiner.

Printemps - l'histoire d'un prisonnier innocent qui prépare l'évasion la plus extraordinaire depuis celle du comte de Monte-Cristo... Été un jeune adolescent découvre le passé monstrueux d'un vieillard et joue avec lui une variante terrible du chat et de la souris... Automne- quatre garçons turbulents s'aventurent dans les forêts du Maine, à la découverte de la vie, de la mort et des présages de leur destin... Hiver - dans un club étrange, un médecin raconte l'histoire d'une femme décidée à accoucher quoi qu'il arrive...

Ces quatre récits prouvent triomphalement que le grand Stephen King est capable de transcender l'horreur sans abandonner son style singulièrement entraînant, sa façon imagée de rendre le décor et les personnages, et ses intrigues haletantes, suspendues au bord du gouffre. Différentes saisons : quatre joyaux, d'une lecture irrésistible.


Comment êtes-vous arrivée à l'écriture d'un roman ?

Ce fut la raison la plus simple du monde qui m’y amena vers l’âge de 10 ans : Chaque fois que je cherchais un livre en librairie, je ne trouvais jamais l’histoire idéale, l’histoire faite rien que pour moi : alors j’ai décidé de l’écrire. Ensuite, je me suis aperçue que ce que j’écrivais plaisait aux autres. Je me suis dit qu’il y avait surement quelque chose qui, dans mes écrits, pouvaient toucher d’autres personnes. Alors, j’ai continué, des années, jusqu’à trouver un éditeur, puis d’autres.

Dans quelles conditions écrivez-vous ?

J’écris irrégulièrement. Souvent, il y a une émotion particulière, voire un choc émotionnel qui va me mettre en situation d’écrire. J’écris pour mieux comprendre les autres. Lorsque la communication vient à se rompre, lorsque je me pose des questions, alors je me mets à l’écriture d’un roman. C’est donc irrégulier et soumis à mon humeur. J’écris de préférence le soir ou la nuit.

Dans votre roman The life Game, on sent l'âme de l'Amérique et du Mexique. Deux pays que vous connaissez ou le fruit de beaucoup de recherche ?

Les deux. Je les connais bien, je les ai visité ou j’y ai vécu ( dans le cas des Etats Unis) mais j’ai aussi effectué beaucoup de recherches pour rendre les descriptions les plus visuelles possible. C’est, je pense, un des points forts du livre. Vous parliez de l’âme de l’Amérique c’est exactement ce que je veux mettre dans mes romans. Ce continent me fascine en raison de tout ce qu’il offre comme possibilités à l’imaginaire.


J'ai le sentiment que vos deux personnages principaux ont encore beaucoup de choses à nous dire et à apprendre. Envisagez-vous une suite à ce roman ?

Oui, c’est à envisager mais pas dans l’immédiat puisque j’ai déjà entamé l’écriture d’une autre histoire. Mais il y a encore des choses à dire sur Jade et Tom, je suis d'accord. La porte est ouverte.

Quel est le rôle d'un auteur pour vous ?

Dans notre société, il doit être un veilleur ou un réveilleur d’esprit, de conscience, mais en parlant au cœur du lecteur et à son esprit ensuite ( ce qui le différencie de l’homme politique, par exemple). L'auteur peut faire passer des rêves, oui, mais il lui faut s’ancrer dans la réalité. Pour qu’un livre soit lu il doit se vendre. Une réalité incontournable. Il faut donc aimer rencontrer des gens et se montrer à la fois auteur mais aussi acteur de sa carrière artistique. Ce n’est pas simple. Autrefois, il y un siècle, on demandait juste à l’auteur d’écrire ; plus maintenant.

Je vous offre la possibilité de rencontrer l'auteur ( encore vivant ou non) de votre choix, lequel choisissez-vous?

Parmi les vivants : Stephen King parce qu’il a des idées de génie et il a littéralement inventé le « thriller » ( selon moi )
Parmi les morts : Herman Hesse, un auteur allemand du XXeme siècle. L’un des plus grands stylistes contemporains. Une plume extraordinaire, le style des livres de nos jours n’est pas assez mis en valeur je trouve, ou le lectorat n’y est plus assez sensible, je ne sais pas.
Donc, un pour le style, un pour les idées.



Hermann Hesse (né le 2 juillet 1877 à Calw, Royaume de Wurtemberg, Empire allemand – mort le 9 août 1962 à Montagnola, Suisse) est un romancier, poète, peintre et essayiste allemand puis suisse. Il a obtenu le prix Goethe, le prix Bauernfeld en 1905 et le prix Nobel de littérature en 1946.





Si vous pouviez ôter un défaut à l'humanité ..

La jalousie et l’égocentrisme ( ça va souvent ensemble).

Quel personnage de fiction aimeriez-vous être ?

Thomas Jérôme Newton joué par David Bowie dans « l’homme qui venait d’ailleurs » : un extra terrestre qui découvre notre monde.

Je me demande si j'ai choisi la bonne photo, Laurence il ne fait pas trop rêver ce personnage !
Ah voila ! C'est beaucoup mieux !! Là je comprends ce choix :)


La musique ou chanson qui vous donne des frissons?

The river, de Bruce Springsteen

On reste en Amérique ;)

Avez-vous un projet en cours que vous aimeriez partager avec nous ?

La 1ère phrase du prologue de mon prochain livre :
« On dit qu’il faut parfois une seconde, une image, ou une musique pour que tout bascule dans notre vie. Je l’ai entendu fredonner tandis que l’eau coulait. Puis je n’ai plus rien entendu. »

Deux phrases fortes ! C'est pas gentil ne nous faire languir comme ça !!! 

Un grand merci pour vos réponses, je vous laisse le mot de la fin.

Merci pour cet interview, souhaitant que ça donnera envie aux lecteurs de votre blog de découvrir mes livres. Auteurs, lecteurs, nous sommes tous sur une route, nous avançons chacun à notre pas à la recherche d'une vie meilleure. J’espère que nous nous croiserons quelque part.

4 commentaires:

  1. Merci à vous deux mesdames pour cette échange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir Geneviève :) des bises

      Supprimer
  2. Bel échange ! Et merci à Laurence de citer Hermann Hesse, un de mes auteurs préférés, avec un style incomparable !

    RépondreSupprimer